Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 12:59
   Dés maintenant vous pouvez accéder à une nouvelle page intitulée "La bibliothèque". J'y référencerai les livres que je trouve intéressant et qui peuvent vous aider tout au long de l'apprentissage. Pour y accéder c'est très simple, c'est sur la droite en dessous des catégories.
Repost 0
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 10:34

   C'est en écoutant et en analysant la manière de composer ou d'improviser des grands maîtres que l'on peut comprendre, apprendre de nouvelles possibilités en musique. En écoutant les oeuvres laissé par les grands musiciens on a accès à une formidable méthode pour apprendre l'harmonie, la mélodie, le rythme.

   j'ai déjà parlé dans un précédent article de l'importance de relever des solos pour faire progresser son oreille et comprendre la manière d'improviser du musicien et aujourd'hui je vous propose donc d'étudier une partie d'un morceau de Frantz Schubert.

 

   Schubert est un compositeur romantique du XIXème siècle. Il est le maitre incontesté du Lied.

(
Un Lied (pl. Lieder : terme allemand) est une composition brève (poème symphonique) pour une voix accompagnée par un piano ou par un ensemble instrumental, sur un texte de langue allemande.)

   Voici l'extrait en question :

 

 

   C'est un extrait issu du lied "Der tod und das Mädchen" autrement dit en français "La jeune fille et la mort". Si vous écoutez attentivement cet extrait vous remarquerez deux choses.

   Tout d'abord le chanteur ne chante que sur une seule note, un RE (hormis pour la cadence finale). La deuxième chose est le fait que l'accompagnement change derrière le chanteur et donne différentes couleurs à la note chantée.

   C'est là une partie importante de l'harmonie, ainsi à chaque instant le RE chanté par dessus le piano prend une fonction différente suivant l'accord joué par le pianiste. Je vous propose donc d'analyser cette formidable leçon d'harmonie que nous livre Schubert.

 





   Vous avez maintenant la partition de l'extrait en question et je vous laisse donc chercher par vous même les différentes fonctions et accords que nous a écrit Schubert. Je vous donnerez donc la solution un peu plus tard pour vous permettre de réfléchir sur cet oeuvre. Vous pouvez bien entendu poser vos questions via les commentaires.

   Je vous invite aussi à écouter les lieder de Schubert. Chaque Lied est une leçon d'harmonie mais surtout une leçon de beauté et d'expression musicale. 

   Voici quelques oeuvres à écouter en premier : 
      - Voyage d'hiver ("Winterreise" D.911)
      - La belle meunière ("Die schöne Müllerin")

   Les enregistrements de Fischer-Dieskau font offices de références en ce qui concerne les lieder de Schubert. Donc si vous avez l'occasion de vous en procurer n'hésitez pas !

   Bon travail !

 

Repost 0
Published by Nicolas - dans Jazz
commenter cet article
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 23:12
   Pour les adeptes des schémas ;-) et autres calculs mathématiques je vous propose ici de voir le schéma de la gamme majeure. "Encore !", me direz vous, oui mais là ce n'est pas tout à fait pareil....


   En effet nous sommes passés à côté d'un détail intéressant en ce qui concerne le schéma de la gamme majeure, ou plutôt de son négatif... Voici donc ce fameux schéma qui va vous éclairer :




   Qu'est ce qu'on voit ? Au dessus la gamme majeure de DO, autrement dit : DO RE MI FA SOL LA SI DO. Si on prend le schéma "négatif" de la gamme majeure de DO on obtient la pentatonique majeure de Gb. Normal, car la gamme majeur de DO représente les touches blanches du piano, le négatif lui représente les touches noires donc la pentatonique majeure de Gb.

   je voulais juste vous faire partager cette remarque. A noter que pour les esprits les plus "calculateurs", en apprenant la gamme majeure de C on a déjà par décalage de trou EbM, GbM et AM. Mais si vous arrivez à vous souvenir du négatif du schéma vous aurez aussi les pentas de GbM, AM, CM et EbM.

  
   Un coup double donc ! Je pense que ce principe doit pouvoir s'appliquer à d'autres gammes. Il faut juste chercher :-) 
Repost 0
Published by Nicolas - dans Mon harmonica
commenter cet article
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 22:07
   J'ai parlé aujourd'hui de l'accordage diminué et je vous propose ici quelques schémas de gammes si vous voulez tester par vous même cet accordage.


   Tout d'abord voici un schéma qui montre la transposition facilitée par l'accordage :

 

   On a ici le schéma de l'arpège majeur qui commence sur une note soufflée et on voit bien qu'en décalant d'un trou notre schéma on transpose l'arpège une tierce mineur au dessus. C'est là le concept du diminué pour ceux qui n'avait peut être pas encore bien compris. 

   Voici donc le schéma des arpèges Maj7 :

 

   Notez ici la petite difficulté dont j'avais parlé précédemment, les sauts de trous plus présents que sur un Richter. Par exemple ici pour l'arpège Maj7 de C on doit sauter un trou, ainsi que pour celui de B.


   Encore des schémas, toujours des schémas avec celui des gammes mineurs mélodiques: 




   Je vous remets celui des gammes majeures :




   Ici je vous mets le schéma des gammes TON/DEMI-TON que je trouve particulièrement intéressant. En effet la gamme de C TON/DEMI-TON ne se joue qu'en aspirant et est l'inverse de la gamme de B TON/DEMI-TON. Quand à celle de Bb c'est tout simplement celle qui se joue sur les notes naturelles. Voyez plutôt :


   Enfin voici le schéma de la gamme unitonique :

 

   Intéressant celui là :-)

   Allez, c'est tout pour cette fois ci, à bientôt ! 
Repost 0
Published by Nicolas - dans Mon harmonica
commenter cet article
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 08:58
   Je vais vous faire part ici d'un accordage qui peut sembler intéressant de par sa configuration et ses possibilités. C'est l'accordage diminué dont il est question ici. Alors qu'est ce que l'accordage diminué ? Et bien c'est un accordage basé sur une gamme diminué TON/DEMI-TON.

  Voici donc la gamme TON/DEMI-TON en DO : DO RE MIb FA SOLb LAb LA SI DO, autrement dit notre harmonica sera construit ainsi (notes soufflées en bas) :

RE  FA  LAb   SI
DO MIb SOLb LA 


Qu'est ce que l'on remarque ?

   Tout d'abord je n'ai écris ici que les quatre premiers trous et pour cause car l'accordage est symétrique, autrement dit ce schéma se répète tout du long. Ensuite on peut remarquer qu'il y a un ton d'écart entre la note soufflée et celle aspirée, cela veut donc dire qu'il n'y a qu'un seul niveau d'altération. Entre la note aspirée et la note soufflée suivante il n'y a qu'un demi ton, autrement dit les overblows ne sont pas nécessaires sur cette accordage. En effet l'overblow sur le trou 1 donnerait un Mib qui est déjà présent dans le trou 2 soufflé. Cela veut donc dire que la gamme chromatique est accessible juste avec des notes naturelles et des altérations simples.


Quelles possibilités ?

   On arrive à la partie des possibilités données par cet accordage. C'est une configuration symétrique et c'est là le plus intéressant peut être en ce qui le concerne. la symétrie des octaves permet de jouer une gamme sur l'octave grave par exemple et ensuite de la jouer dans les médiums aiguës sans rien changer. Vu que la disposition des notes ne changent pas on ne doit pas réapprendre de nouvelles configurations.

   Ensuite il y a une symétrie à l'intérieur de l'octave. Chaque trou est le même que le précédent. par le même j'entends bien sûr même configuration. Exemple sur le trou 1 on a DO-RE = 1 ton, sur le trou 2 on a MIb-FA = 1 ton et ainsi de suite.
Cela va nous permettre d'apprendre un plan en DO (ou qui part de DO) et ensuite de pouvoir le transposer en Eb juste en décalant notre plan d'un trou sur la droite. Voici un schéma pour mieux comprendre :

 





légende :
- ligne du haut = notes aspirées
- ligne du milieu = notes altérées
- ligne du bas = notes soufflées




   Ce schéma est écrit pour un harmonica diminué en Bb mais c'est le même principe. Prenons le premier tableau. Les cases coloriées représentent le schéma de la gamme majeure en Bb. En effet si on les écrit ici on a : Bb C D Eb F G A Bb, on a donc bien la gamme majeure de Bb. Pour jouer la gamme majeure de Db (qui est la note soufflée du trou 2) je n'ai juste qu'à jouer le même schéma mais en partant du trou 2. En effet si on décale les cases coloriées d'un trou sur la droite on obtient : Db Eb F Gb Ab Bb C Db autrement dit la gamme majeure de Db. Si vous jouez le même schéma décalé encore une fois d'un trou vers la droite vous aurez la gamme majeure de E et si vous le décalez encore une fois vous aurez celle de G.

   Les trois tableaux représentent les trois schémas pour jouer les gammes majeures. En effet on a un schéma qui part d'une note soufflée, un autre qui débute sur la note altérée et le dernier sur une note aspirée.

   Si vous n'avez pas déduis le résultat final je vous le donne ici. En apprenant trois schémas différents vous serez en mesure de jouer les 12 gammes majeurs juste en vous décalant d'un trou.

   
   Avec ce principe là on peut dire qu'il n'y a pour chaque gamme que 3 configurations différentes à apprendre pour les connaître toutes, c'est là à mon avis toute la puissance de cet accordage.


Des inconvénients ?

   Y a t'il des inconvénients a cet accordage ? Bien sûr ! Même si cet accordage nous permet de jouer dans toutes les tonalités juste en apprenant trois schémas différents il y a un revers à la médaille. Tout d'abord sur un harmonica 10 trous vous n'aurez que 2 octaves et demi au lieu de 3 pour le Richter. Le jeu en accord est fortement limité, en effet on ne peut jouer que des accords diminués :-) Donc on peut dire au revoir à cet accordage si vous aimez le jeu en accord. 

   Son plus gros défauts selon moi c'est le fait qu'une octave est contenu sur 5 trous. En effet pour allez de C à C il va falloir parcourir cinq trous. Cela veut dire que les notes sont plus espacées que sur un Richter traditionnel et donc que les grands intervalles seront plus durs à jouer sur cette harmonica.

   Par exemple si vous voulez jouer l'arpège majeur de DO sur un Richter vous faite +1 +2 +3 alors que sur le diminué la tablature devient -1 +3 +4. Il y a un saut de note à réaliser parce que l'octave est plus étendue que sur un Richter.
De même pour jouer des intervalles de types septième majeur il va falloir faire un écart de trois trous sur le diminué contre 2 sur le Richter voire un seul si on joue sur l'octave grave.


Conclusion

   L'accordage diminué offre de nombreuses possibilités qui facilitent l'apprentissage d'un jeu polytonal. Comme on l'a vu sa symétrie est sa force et peut être aussi sa faiblesse en fin de compte. En effet les écarts sont plus importants donc il faudra user de précision. En d'autres termes, même si cette accordage facilite le travail des gammes il faudra bosser plus la précision et les intervalles. 


   Je ne peux finir cet article sans vous citer Alfred Hirsch qui ne joue que sur un accordage diminué. Vous pouvez aller voir son site pour entendre ce que l'on peut faire avec.
  
je ne peux pas finir non plus sans remercier Rougepied qui m'a prêté son harmonica diminué afin que je teste l'accordage, alors merci ;-) 
Repost 0
Published by Nicolas - dans Mon harmonica
commenter cet article
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 12:21
   le blues est une forme de musique que l'on retrouve très souvent dans le répertoire des musiciens, sa structure connue de tous permet aussi de jammer très facilement avec d'autres musiciens. Ici nous allons voir les différents paramètres qui entrent en jeu lorsque l'on souhaite improviser sur un blues traditionnel en 12 mesures.


1/ Grille et usage

   Tout d'abord prenons une grille classique en 12 mesures dans la tonalité de SOL :

G7 | G7 | G7 | G7
C7 | C7 | G7 | G7
D7 | C7 | G7 | G7


   Donc nous avons 4 mesures de SOL7 puis 2 de C7, retour sur le G7 durant deux mesures puis D7, C7 et retour à la tonique G7 pour la fin.


   Sur une grille comme celle ci l'usage en blues est de jouer la gamme de SOL blues tout du long, autrement dit :

SOL SIb DO DO# RE FA SOL 


  
2/ Autre solution

   Je vous propose donc quelques solutions pour enrichir votre jeu et vous permettre de sonner plus "jazzy" sur ces grilles. Cela vous apportera de nouvelles possibilités et vous aurez donc plus de choix en matière de couleur sonore.

   La première chose à prendre en compte est le fait que les accords changent dans la grille et nous allons donc prendre en compte ces changements. Nous allons aussi utiliser les modes grecs (ionien, dorien....).

   Ici le premièr accord est un G7 autrement dit SOL SI RE FA. L'usage en jazz veut que l'on joue sur cet accord la gamme mixolydienne (cf mon article sur les modes). Voici donc cette gamme :

SOL LA SI DO RE MI FA 

   Plusieurs choses ont changé ici, la tierce ( SI ) qui était mineure dans la gamme blues est ici majeure. On a rajouté la seconde et la sixte ( LA et MI ) et on a enlevé la quarte augmentée ( DO# ). En fait on a enlevé 2 blue note ( SIb et DO# ) pour ne garder que celle qui est présente dans l'accord de G7 -> le FA.

   En jouant cette gamme vous sonnerez donc tout de suite beaucoup plus "jazzy" et vous aurez donc la possibilité de nuancer votre discours musical, d'avoir de nouvelles idées....

   
3/ Généralisation

   On vient de voir une autre façon de jouer sur l'accord de G7 mais on peut étendre cette solution à l'ensemble de la grille. Ainsi on va jouer la gamme mixolydienne correspondante à chaque accord.

G7 = G mixolydien = SOL LA SI DO RE MI FA

C7 = C mixolydien = DO RE MI FA SOL LA SIb

D7 = D mixolydien = RE MI FA# SOL LA SI DO 
    

   Avec ces 3 gammes en plus de la gamme de blues vous avez une palette sonore plus étendue. Un peu comme le peintre qui aurait plus de choix de couleur dans sa palette. Vous avez donc la possibilité de nuancer votre jeu au gré de votre imagination, votre état d'esprit...


ANNEXE

   Une fois n'est pas coutume je vous écris ici les tablatures correspondantes à chaque gamme que l'on a rencontré dans cette article. Elles sont écrite pour un accordage richter traditionnel en DO.

SOL BLUES :

A    2 3'   4' 4 5 
S         4 


SOL Mixolydien :

A   2 3" 3    4    5
S            4    5    6


DO Mixolydien :

A   1  2" 2 3" 3' |    4   5    6     
S 1  2              |  4   5   6    6°  7


RE Mixolydien :

A  1   2' 2  3" 3    | 4          6 7   8
S    2              4  |   5 5° 6      7
Repost 0
Published by Nicolas - dans Jazz
commenter cet article
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 14:02

Construction :

   TON - 1/2 TON - TON - TON - 1/2 TON - 1 TON 1/2


Exemple en DO :

   DO RE MIb FA SOL LAb SI


Utilisation :

   Sur les accords Cm6b par exemple ou encore sur un Cm pour donner une couleur plus "orientale"


Extrait sonore :


    
Repost 0
Published by Nicolas - dans Scale Syllabus
commenter cet article
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 13:01

Construction :

   TON - 1/2 Ton - TON - TON - TON - TON


Exemple en DO :
 
   DO RE MIb FA SOL LA SI


Utilisation :

   Sur les accords mineurs de type Cm, CmMaj7 ou encore Cm6

 
Extrait sonore : 


 
Repost 0
Published by Nicolas - dans Scale Syllabus
commenter cet article
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 10:31
   Voici donc la première gamme de ce Scale Syllabus : la gamme majeure.


Construction :

    Ton - Ton - 1/2 Ton - Ton - Ton - Ton


Exemple en DO :

   DO RE MI FA SOL LA SI


Utilisation :

   Sur les accords majeurs, on jouera Do majeur sur un accord DOM, on l'utilise aussi sur les accords CMaj7.


Extrait sonore :


 
Repost 0
Published by Nicolas - dans Scale Syllabus
commenter cet article
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 09:46
   Le scale syllabus est un index des gammes. Il regroupe toutes les gammes et leur schéma de construction. Je vais tenter d'en réaliser un pour vous sur ce blog. En plus de les répertorier, je jouerai un petit extrait sur chaque gamme pour vous permettre d'entendre la couleur de celle-ci. Ainsi il vous suffira d'aller dans le Scale Syllabus pour retrouver une gamme et vous souvenir de ses caractéristiques.


   Voici un Scale Syllabus réalisé par Dave Liebman mais celui ci est en anglais  ;-)



   Let's go !
 
Repost 0
Published by Nicolas - dans Scale Syllabus
commenter cet article

Présentation

L'harmonica a depuis longtemps acquis ses lettres de noblesse dans le milieu du blues, il s'illustre aujourd'hui dans les musiques traditionnelles et improvisées. A ma façon, je tente ici d'apporter ma pierre à l'édifice, afin de faciliter l'épanouissement de notre bel instrument, tout en vous faisant partager ma passion... Alors en avant la musique !

Rechercher

Besoin d'un cours ?

   Je donne des cours d'harmonica sur Paris dans tous styles allant du blues au jazz en passant par la musique irlandaise. Pour plus d'infos contactez moi !

Archives

Catégories